ENTRETIEN AVEC MARC DUMOULIN, PRESIDENT DE TOURISME SANS FRONTIERES

Nous présentons au SITV 2016 la 8ème édition de Solidarissimo, pouvez-vous nous dire comment évolue ce salon qui fait partie des outils de promotion de Tourisme sans Frontières ?

En 8 ans Solidarissimo est devenu la référence des salons du tourisme et de l’économie solidaire en Europe par le nombre et la diversité des exposants mais aussi par la nature et l’état d’esprits de ces exposants.

En 2016 une soixantaine d’exposants d’une vingtaine de destinations touristiques en devenir seront présents à Colmar cette année.

Par ailleurs la plupart des exposants sont des opérateurs locaux. Les visiteurs de Solidarissimo auront donc la possibilité de rencontrer un grand nombre d’acteurs de terrain issue des communautés locales :  des hauts plateaux du Togo, du parc de la Pendjari et du lac Nokoué du Bénin, des Chefferies de Cameroun, de Lambaréné au Gabon, des grands espaces de Namibie, des sites archéologiques majeurs du Pérou, de la région de Leticia en Amazonie Colombienne, de la route de la soie du Kirghizstan, de la vie culturelle de Comores…

La présence des exposants à Solidarissimo répond aussi à un état d’esprit qui correspond à une vision de développement des territoires par le tourisme en favorisant l’essor social et économique afin de permettre aux populations de vivre sur leur territoire d’origine

Quel seront les nouveaux projets présentés à Solidarissimo 2016 ?

Le projet le plus avancé est celui réalisé avec la collaboration du Master de tourisme de l’Université Lyon2 qui a permis à une stagiaire de rédiger le cahier de présentation du Centre d’Interprétation des arts et traditions et de la biodiversité du lac Nokoué au Bénin. Une étude architecturale de ce projet a été réalisée par les étudiants de l’atelier d’architecture de l’Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg (INSA). Cette étude sera présentée à Solidarissimo 2016 sur le stand Bénin.

Par ailleurs une convention de partenariat sera signée à Solidarissimo avec les responsable politique de la vallée de Tash Rabat au Kirghizstan qui aura pour objet la valorisation des sites touristiques de cette vallée qui se trouve sur la route de la soie à proximité de la frontière de la Chine. Il s’agira essentiellement de réhabiliter et valoriser un caravansérail du XIème siècle construit sur les fondations d’une ancienne église nestorienne du Vème siècle.

Quel avenir pour Solidarissimo ?

Solidarissimo est perçu aujourd’hui par les acteurs de terrain des destinations touristiques en devenir comme un lieu de rencontre et d’échange d’expérience, c’est aussi pour eux un lieu d’espoir en un avenir meilleur pour leur communauté. Aussi Solidarissimo est devenu pour les prochaines années un rendez-vous incontournable pour tous les acteurs du tourisme et de l’économie solidaire.

Présentation de Tourisme Sans Frontières

Tourisme sans Frontières est une Organisation Non Gouvernementale qui s’est fixée comme objectif d'accompagner l’émergence des pays en devenir en initiant ou soutenant des actions de développement touristique intégré. 

Pour TSF, le tourisme intégré doit être avant tout un développement touristique responsable à l’initiative des populations locales dont les retombées financières, sociales et culturelles doivent leur profiter directement. Pour atteindre ses objectifs, TSF, met en oeuvre des moyens humains, techniques et financiers et établit des partenariats avec les acteurs agréés « Tourisme Sans Frontières ».

Pour accompagner efficacement son soutien au développement des destinations touristiques émergentes, TSF s’appuie sur quatre outils essentiels:

  • Le catalogue de formation
  • Le fonds de soutien (méso-finance)
  • L’outil de commercialisation (Voyages et Passion.Com)
  • L’outil de promotion (le Salon Solidarissimo)

Contact :  

Tel : +33 (0)9 72 90 63 64
Fax : +33 (0)3 88 87 38 05
Mail : tsf.md@wanadoo.fr
www.tourisme-sans-frontieres.com

 

Le projet de San Martin de Amacayacu - COLOMBIE

Tourisme sans Frontières accompagne la communauté de San Martin dans leur projet touristique lié à la valorisation de leur connaissance des plantes médicinales amazoniennes (mission réalisée par Marie Claude ACERO et Marc DUMOULIN)

Situation géographique du projet

San Martin est un village de la communauté Amacayacu qui se trouve à une journée de pirogue de Leticia, ville frontalière du Pérou et du Brésil qui compte à peu près 40 000 habitants. La ville est un centre administratif, universitaire et commercial. Elle est reliée au reste du pays par avion et par bateau. Elle est peuplée d’indigènes et de colons venus de l’intérieur du pays.

Nature du projet

La communauté de San Martin souhaite valoriser ses connaissances en matière de plantes médicinales. Pour cela elle envisage d'accueillir des visiteurs pour leur transmettre son savoir-faire dans l'identification, la cueillette et l'utilisation des plantes médicinales dont elle détient les secrets. C'est aussi l'occasion pour elle de transmettre aux jeunes générations de cette même communauté ses connaissances.

Il est également envisagé de réaliser un laboratoire pour transformer ces plantes en huiles essentielles.

Mode de vie de la communauté

La communauté vit essentiellement de la pêche, de la chasse et de la culture des chagras, (maïs, yuca, banane)

Projet d’infrastructures communautaires aux lacs Nokoué et Ahémé - BENIN

Accompagnement d’un projet d’écolodge lacustre et d’un centre  d’interprétation de la biodiversité et de la culture des populations du lac Nokoué et d’un espace de formation au maraichage au lac Ahémé (mission suivie par Marc DUMOULIN en collaboration avec Julie Forain  de l’Université  Lumière Lyon2 et l’Institut des Sciences Appliquées  (INSA) de Strasbourg

La maison du Bénin, association regroupant des professionnels du tourisme, et présidé par Jacques HOUESSOU a sollicité l’appui de Tourisme Sans Frontières dans le cadre de la réalisation de deux infrastructures communautaires. Il s’agit d’un centre d’interprétation de la biodiversité et de la culture pour le Lac Nokoué et d’un espace de formation sur un site de maraîchage pour le Lac Ahémé.

Sur la base d’un carnet de présentation réalisé par une stagiaire du Master de tourisme de l’Université Lumière de Lyon, les étudiants de la dernière année d’étude d’architecture de l’Institut des Sciences Appliquées (INSA) de Strasbourg ont réalisé, dans le cadre de leur diplôme, deux études architecturales qui ont été présentées à l’association la Maison du Bénin au mois d’avril 2016.